La cuisine durable aux plantes sauvages

Un atelier d’une journée pour apprendre à cuisiner les plantes sauvages comestibles dans un esprit de cuisine durable et conviviale. 

Le matin, nous partirons en balade pour faire connaissance avec les principales plantes sauvages comestibles de la saison. Nous verrons comment les reconnaître à la vue, à l’odorat et au toucher et nous nous imprégnerons de leurs histoires. Nous passerons ensuite en cuisine pour y préparer un repas complet : apéritif, entrée, plat, dessert. Nous apprendrons comment accommoder dans l’assiette ces belles sauvages à croquer tout en mettant en pratique des trucs et astuces pour une cuisine qui se veut durable. Enfin, autour du repas préparé ensemble, nous partagerons le plaisir de retrouver sous nos palais des arômes nouveaux...

 

Prévoir: 

  • Des vêtements adaptés à la météo
  • De bonnes chaussures de marche
  • Un panier en osier ou des sacs en papier ou en tissu
  • Vos éventuels livres sur les plantes 
  • Un carnet de notes 

Cette activité n’est pas adaptée aux enfants en dessous de 12 ans.

Groupe jusqu’à 15 personnes. 

Prochaine date :

Le dimanche 14 avril 2019, de 9h30 à 17h, rue de Houyet 177 à 5571 Wiesme (Beauraing) - 65 € - Je m’inscris! 

10 idéaux pour une cuisine durable

  1. Opter pour des produits de saison, locaux et issus de l’agriculture « bio » . Un trio gagnant et un premier pas vers une cuisine durable. Pour trouver les producteurs près de chez vous, pensez à utiliser l’application « Mangez local ». 
  2. Miser sur les produits du commerce équitable. Banane, chocolat, café, thé... ne peuvent être produits sous nos latitudes. Nous avons la chance et le luxe d’avoir un accès facile à ces produits. Encourageons donc le commerce équitable qui garantit au producteur un prix juste pour son produit et des relations commerciales durables avec un préfinancement des achats. 
  3. Augmenter les repas végétariens. De nombreuses études montrent que les produits animaux occupent une place trop importante dans nos assiettes. Or, il n’est pas nécessaire d’être végétarien ou végan pour manger régulièrement ou occasionnellement des repas nourrissants et sans viande. Pas à pas, apprenez des trucs et astuces pour composer un repas végétarien, nourrissant, équilibré et... savoureux!
  4. Intégrer les plantes sauvages comestibles. Ce sont des aliments bio, locaux et de saison par excellence! Et en plus, ils sont gratuits! Loin du discours radical du « tout au sauvage », apprendre à identifier et intégrer ces « mauvaises herbes » dans l’assiette apporte de nouvelles saveurs, en plus d’une reconnexion à la nature et à soi. On constate que leur valeur nutritive est supérieure à celles des plantes cultivées : leur teneur en minéraux, vitamines, enzymes et antioxydants est impressionnante. 
  5. Limiter le gaspillage alimentaire. A l’échelle mondiale, la FAO estime que chaque année, nous jetons 1/3 de la nourriture que nous produisons, soit 1.300.000.000.000 kg de nourriture encore consommable. Stop! Evitons de contribuer à cela. Valorisez vos restes : utilisez-les dans des recettes faciles (omelettes, tartes, soupes, smoothies...). Faites une liste de ce dont vous avez besoin, afin de ne pas acheter des produits en double ou d’en acheter trop. Donnez leur chance aux fruits et aux légumes moins esthétiques : ils ne sont pas moins bons, mais sont la source de nombreuses tonnes de déchets dans la grande distribution. Apprenez des principes plutôt que des recettes. Ne vous cantonnez pas à la recette originale et apprenez à connaître les substituts pour remplacer une céréale, un fruit sec, une légumineuse, un légume, une huile, etc. Cela vous évitera de courir au magasin si vous avez oublié un ingrédient. Compostez vos déchets alimentaires : si vous n’avez pas d’animaux à qui donner vos restes alimentaires, pensez à réaliser un compost dans votre jardin ou même un lombricomposteur d’appartement. Faites ainsi un cadeau à la nature et allégez le poids de vos poubelles.
  6. Limiter le gaspillage non-alimentaire. Evitez les déchets des emballages et le jetable. Optez un maximum pour les épiceries « zéro déchet » et les producteurs directs et pensez à prendre vos propres contenants pour faire vos courses. Remplacez les objets jetables par leur version réutilisable. 
  7. Penser aux techniques de conservation qui ne demandent pas d’énergie fossile. Savez-vous que la lacto-fermentation est la seule méthode de conservation qui augmente la valeur nutritive des aliments? Pensez donc aux légumes lacto-fermentés (choucroute, kim chi...) ainsi qu’aux boissons et aliments fermentés (pain au levain, yaourt, kéfir, kombucha...) ainsi que d’autres techniques moins énergivores que nos congélateurs : conserves au sel, au vinaigre... 
  8. Opter pour des techniques de cuisson moins énergivores. Plusieurs astuces! La couscoussière avec plusieurs étages de cuisson pour une seule source d’énergie. La cuisson sur le poêle à bois pour les privilégiés et pour les plus aventureux, la marmite norvégienne ou encore le four solaire
  9. Choisir des matériaux et ustensiles de cuisine écologiques et durables. Privilégiez les matériaux nobles (inox, fonte, grès, verre Pyrex), le deuxième main et le plastique recyclé. 
  10. Prendre plaisir à cuisiner et intégrer la règle des 5 saveurs. Toutes ces idées ne peuvent être intégrées du jour au lendemain. Le but n’est pas d’atteindre la perfection. Ne vous mettez pas de pression et ne culpabilisez pas de ne pas y arriver aussi vite que vous le souhaiteriez... Faites un pas après l’autre et célébrez les petits changements atteints! Partagez vos découvertes avec votre entourage. Soyez un explorateur : cherchez à ce que vos plats soient un plaisir pour les yeux et les papilles... Selon la philosophie de l’Ayurveda, si notre repas comporte les 5 saveurs (salé, sucré/doux, piquant/épicé, acide et amer), le plat est gustativement équilibré, nous sommes alors plus satisfaits et avons moins de fringales. Faites l’expérience : lorsqu’un plat ne vous semble pas réussi, cherchez la saveur ou les saveurs manquantes et rajoutez ensuite les ingrédients nécessaires. Un zeste de citron ou une herbe supplémentaire peut transformer un plat banal en un plat succulent!